Page 1 sur 1

Carburants: légende urbaine ?

MessagePublié: Ven Mai 07, 2010 8:07 am
par Fred91270
Bonjour, j'ai souvent entendu dire que les avions larguaient leur trop plein de carburant avant d'atterrir, par sécurité. Est-ce vrai, ou bien c'est une légende ?

Si c'est réel, cela doit faire des tonnes de carburant lâchés dans l'air, au-dessus de nos têtes ! Quand je pense qu'on me culpabilise car ma voiture consomme 1 litre de trop au cent :o

Re: Carburants: légende urbaine ?

MessagePublié: Lun Mai 10, 2010 12:11 pm
par marco
premier message du contrôleur aérien pour tordre le cou à une légende urbaine...

tout d abord, bcp d avions modernes ne sont plus équipés pour larguer leur carburant. si ils sont trop lourds pour atterrir (ce qui n arrive que pour les retours non urgents suite à une panne par exemple), ils vont tourner sur un point donné, plutôt haut, le temps de consommer le trop plein de carburant.
les avions qui peuvent encore larguer ne peuvent pas le faire où ils veulent.

ensuite, compte tenu du cout du kérosène, je pense qu il est simple de comprendre que ca n a pas de sens de larguer (ou consommer en l air) sans raison majeure.

MARCO (contrôleur aérien à Orly)

Re: Carburants: légende urbaine ?

MessagePublié: Lun Mai 10, 2010 3:27 pm
par mvh
Bonjour,

Il semble pourtant que les gros porteurs (au moins eux, peut-être les autres aussi) ne peuvent pas atterrir sans avoir consommé une grande partie de leur carburant (par exemple, en cas de retour rapide vers l'aéroport de départ). Le risque : enfoncement de leur train d'atterrissage principal à cause du poids trop élevé. Dans ces cas, ils vont délester du carburant (même s'il pollue et coûte cher) au-dessus de l'océan pour s'alléger. Vrai ou faux ?

De toutes façons, c'est préférable de faire ça que de mettre à risque la vie de quelques centaines de passagers, non ? 8-)

Re: Carburants: légende urbaine ?

MessagePublié: Lun Mai 10, 2010 6:32 pm
par marco
si ils peuvent délester, ils le font, mais la plupart vont simplement faire des ronds pour consommer le trop plein.

et si le retour est vraiment urgent, tant pis pour l avion et ses trains d atterrissage.